Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

a m bi g u i t é s


Calendrier
Septembre 2006
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Index des rubriques

Recherche


Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Tribune
OpTiMiSTiK : mici faaaafaaaa
Broken-Doll-2008 : Eh bien mon Fafa, n'écris-tu plus que quand tu es mal? Moi je sais que tu peux écrire de très bonne choses même en étant très très bien... J'attends ton retour avec impatience... Bisouxxx
OpTiMiSTiK : un grand merci à ma Fafa qui m'a aidé dans cette longue et difficle traversée de la modification du joueb...kissou à toi
Ciceron : Leger probleme de lisibilité, non ?
Broken-Doll-2008 : C'est parce que je dois changer la couleur d'écriture par défaut, mais Fafa m'a pas encore dit la oculeur qu'il voulait
Broken-Doll-2008 : Bon ben voilà... J'espère que ça ira comme ça
OpTiMiSTiK : MERCI FAFA !!!big kiss et merci encore !
Destinee : Un p'tit coucou pour te prévenir de mon retour... Le temps était bien long sans le joueb :) Bisous
Oeil-de-nuit : coucou par ici! grozoubis!
nanarie : coucou par ici
OpTiMiSTiK : coucou toi ^^
OpTiMiSTiK : le 8.05.06 je suis passé par là


Ailleurs sur Joueb.com

Discussions actives
Mercredi 06 Septembre 2006
Messe des Sens
Il s'approche de lui. La tension monte un peu.A 50 mètres de lui, il croit l'appercevoir, accoudé à une table en fer forgé.Le problème c'est qu'il a mis ses lentilles, histoire d'etre plus plaisant face à son nouveau rencart, et que les lentilles, il ne les maîtrise pas encore très bien.Et dire qu'en plus il est astigmate...Sa coquetterie lui fera défaut, à coup sûr.
Mais pour l'heure, il s'approche de sa proie.Il à l'air petit, trapu, n'a même pas de cheveux sur la tête, et le comble: une boucle d'oreille !Au premier abord, le clone de Monsieur Propre avait l'air sympathique, même jovial, quoiqu'un peu timide.Il s'empressa donc de faire la conversation.C'était son fort, et puis de suite il avait remarqué son regard bleu profond.Tel Léonardo dans Titanic, il se mit à faire des courbettes charnelles à ce jeune homme assis en face de lui.
C'était en Juin dernier. Il faisait déjà chaud...prémisces d'un été qui s'annonca caniculaire...
Il me plaisait beaucoup, mon Monsieur Propre.Il avait de la conversation finalement.Et puis quel charisme.Vous savez, pas celui d'une personne sûre d'elle, non pas celui-ci, c'était le charisme discret. Le jeune homme qui est à la caisse à la libraire, celui qu'on ne remarque jamais. Eh bien c'est lui. Courtois, poli, bel homme. Un brin cultivé, librairie oblige. Ah je l'apprécie déjà beaucoup.
Deuxieme verre. Les sujets vont bon train: sexe, argent et rock'n'roll !!Mais surtout sexe...on ne se refait pas. Il a fait des plans sexe, tant mieux, moi aussi. Il cherche une relation stable, tant mieux, moi aussi. Il ne tombe que sur des cassos (lisez cas sociaux), eh bien c'est formidable, moi aussi !Décidément, que de déboirs en communs !Une explosion de points communs en cette nuit d'été...
Il me raccompagne jusqu'à ma voiture. Galant homme, je vous l'avais dit. C'est quand même dingue, nous avons mis 1H30 pour nous embrasser. Dieu merci, dans ce genre de situations je mets ma timidité au grenier. 1H30 c'est un record !
Quelles lèvres, quelle langue, fougueuse et humide, juste à point. Ses mains parcourèrent déjà mon torse brulant, tandis que je lui mordillait le lobe de l'oreille.
Il rentra seul dans la moiteur de la nuit. Je reprennais la route en pensant à lui. Je me suis éffondré sur le lit en rentrant. En position du foetus je m'endormais comme un bébé.
Lundi, après le boulot, j'ai rappliqué chez lui. Avant dernier étage, immeuble typiquement alsacien, vue dégagée sur la cathédrale gothique. Un nid douillet et romantique. Il a ouvert, j'ai sauté dans ses bras. Son odeur, sa respiration, la douceur de ses mains, je m'en rappellais si bien. Je lui manquais, il m'a manqué.
Affalé sur son canapé, je regardais au dehors. Cette vue imprennable m'impressionnait autant que lui. J'ai choisit un cd de Macy Gray qui s'intitule à celà près: "Life is crazy". Accords de guitare romantique, ballade onirique, voix suave, elle accompagnait nos retrouvailles. Lui, qui se penchait sur moi, moi le regard vide immergé dans le ciel bleu, et cette chanson ennivrante. J'étais bien. Le temps s'est arreté. Plus d'obligations. Je veux partager ce moment avec toi.
Il me dévisageait, me mangeait du regard. Des yeux pétillants, des yeux enjôleurs, des yeux tristes parfois aussi. Son visage est expressif. Je penchais ma tete de coté. Il me la releva et la dirigea en face de la sienne. Aucune chance d'y échapper. Nos yeux ne faisaient qu'un. Après quelques longues secondes, il me caressa du doigt le visage. D'abord le front, puis la joue. Le menton préceda le nez. Il s'arreta sur mes lèvres un instant, comme si aucun bruit ne devait déranger cette messe du silence, des sens.
Profiter de l'instant, voilà ce que nous aimions.
Apres quelques heures, j'ai du le quitter. Obligations...


To be continued...
Ecrit par OpTiMiSTiK, à 23:53 dans la rubrique "My Own Private Life".
Lien permanent 2 commentaires


Jeudi 22 Septembre 2005
Un dimanche après-midi
--> encore une aile de brisée...

Une rue, un quartier, au coeur du Paris rive droite...d'étroites ruelles, des boutiques dissimulées au coin des carrefours, ici l'odeur des stroudel aux pommes, là-bas des livres de photos érotiques masculines sont mis au regard des passants, en face, à deux pas de là le théatre Trévise, non loin du connu Gai Moulin...un dimanche après-midi de septembre, je me promène avec lui.

Il faisait si bon...le ciel était bleu, aucun nuage de laissait présager un temps maussade, le vent, doux, caressait nos visages.

Nous parlions de tout et de rien, nos regards se croisaient, et croisaient ceux des beaux éphèbes endimanchés, tenus au bras de leurs amants.

J'avais envie de le prendre par le bras, de me coller à lui et de respirer son odeur si singulière. Il fuyait mes tentatives, tantot par la tete, tantot en s'écartant de moi. Ca ne me blessait guère, bien au contraire, cela redoublait en moi mes envies tactiles.

Le temps d'une pause bien méritée fut venue. On frôla le parquet en vieilles lames d'un petit bar lounge et on décida de s'asseoir sur la banquette toute de velours pourpre revêtue.

Dialogue de sourds...je remuais ma cuillere dans mon verre de Perrier Citron, lui s'amusait avec son telephone portable. La situation me mit mal à l'aise, tout le week-end s'était pourtant bien passé, mais là une ambiance pesante pris place sans avoir demandé si elle était la bienvenue. Je défiais ce silence et lui demandais ce qu'il avait pensé de notre week-end...Je savais que je courais droit vers la négative, mais il fallait qu'il se livre à moi.

Du positif, mais surtout du négatif...deux caractères forts mais néanmoins assez décalés. La différence de 15ans d'âge m'assura-t-il...Personnellement ce qu'il avançait n'avait que très peu d'influence sur mon propre avis, m'enfin...Quoi qu'il en soit, j'ai reconnu que ça n'était pas l'amour escompté, mais plutot une tendre complicité.

Avec du recul, et un réalisme assuré, je n'étais pas sous son charme. Attention cela n'exclut pas que je ne l'ai jamais été, bien au contraire...dans le virtuel il était mon être charmeur, ensorcelleur. Dans le réel, il n'était que l'ami bienveilleur...

1 mois aujourd'hui que cette romance à commencé...
4 jours qu'elle s'est finie...

 

Un dimanche apres-midi de septembre à Paris,
j'aurai aimé être l'éphèbe accroché à son bras...

J-L.N.

Ecrit par OpTiMiSTiK, à 23:17 dans la rubrique "Humeurs diverses".
Lien permanent 5 commentaires


Mardi 17 Mai 2005
...Impossible Princess...

J'ai appris aujourd'hui que Kylie Minogue est en phase 1 d'un cancer du sein...Ca m'a foutu un coup au moral, déjà pas bien haut ces derniers temps...

Elle se battra comme une princesse ma Kylie, nul doute...
We all have a cross to bear...

xxx

 

Ecrit par OpTiMiSTiK, à 19:53 dans la rubrique "Culture et publicité".
Lien permanent 0 commentaires


Dimanche 24 Avril 2005
+ Immisce et glisse l'abdomen dans l'orifice à moi + (part. 1)
--> ...Jeu te tue me viole...

19H30...arrivés à l'hotel. Elle nous dépose devant l'entrée, nous claque une bise bien humide comme à son habitude, et nous souhaite un bon week-end agrémenté d'un clin d'oeil coquin à l'un des deux. Elle ne cautionne pas ce qu'il fait, mais elle sait qu'il va passer un bon week-end et qu'au moindre probleme elle saura certaiment etre là...Pour l'heure elle quitte la grande place, et s'en retourne chez elle, en pensant déjà à ce qu'elle allait bien pouvoir se mettre sur le dos pour s'éclater en discotheque ce soir là...

Il est vêtu de noir, je ne l'imaginais pas aussi rongé par la tristesse, pensais-je. Non, c'est sa manière de se vêtir habituellement. Il passe inaperçu et pourtant dieu sait comme il aimerait être sous les feux des projecteurs, ameutant une horde de mâles en mal de mâles. Une longue redingote toute noire repose sur ses larges épaules. On monte les 3 marches qui composent cet escalier menant à l'antre de l'hotel 3 étoiles. J'ai fait fort, et ça me ressemble. Il m'ouvre la porte, il est gentleman. Nous nous avançons au comptoire où nous sommes tout deux acceuillis du beau sourire de la charmante receptionniste. Elle nous confie les clés de ce qui sera notre chambre de ce soir vendredi à lundi midi. C'est au 3ème. Je m'empressais de rejoindre notre nid quand elle nous souhaita une agréable soirée. La politesse s'oublie vite lorsque les idées frêles mais abondantes nous hantent...Nous prîmes l'ascenseur, très intimiste d'ailleurs, et débarquâmes au 3eme étage de cet hotel typiquement alsacien...

Je n'arrive jamais du premier coup à tourner dans le bon sens la clé miracle. Même s'il s'est moqué de moi, ça me passait au desssus de la tête, je pensais au bon petit resto qu'on allait se faire et à la soirée qu'on allait passer...Tête à tête, au clair de bougie, en se rapprochant, se rapprochant, puis une ballade dans les rues de la capitale européenne, un petit détour par la Petite France et un crochet par la cathédrale pour enfin s'écrouler de fatigue sur notre lit dans la chambre.

Il se déchaussa, balança sa valise au sol, l'ouvrit mais n'en sortit que ses affaires de toilette. Sa redingote était étalée au sol, la TV allumée et TF1 nous offrit ce que la télévision a de plus beau depuis ces 4 dernieres années...de la "réalité". Je déballais complètement mes affaires tandis qu'il était allongé sur le lit de ton son long. Mes affaires de toilette dans la salle de bains toute de blanc immaculé, mes chemises accrochées délicatement sur les ceintres prévus à cet éffet, mon manteau -noir- plié sur la chaise en bois d'ébêne, mes chaussures sous le bureau. Je ne suis jamais aussi ordonné que lorsqu'un garçon pénètre dans mon intimité.

21H15...Je le relança à plusieurs reprises concernant notre petite soirée que j'avais imaginée voilà quelques jours déjà. Il en fit fi, préférant se reposer là, tranquillement. Mon ventre cria famine, mais rien que de songer à partager seul un repas avec moi-même me fila la frousse. Je restais donc là, à coté de lui, allongé sur le dos, observant le plafond peint de notre chambre. Quelques minutes s'écoulèrent, je me retournais sur le ventre, et lui faisais dos. Il se mit à jouer à un jeu dont l'exasperation me vient de façon très brutale. D'abord le bras, puis le flanc, en finissant par le ventre, il me chatouilla de plus belle. A force de "arrete où je vais m'enerver", il fit monter en moi la tendre colère que j'éprouvais à ce instant. "ah bon, tu vas t'enerver ?" me fit-il de son sourire mi-démon, mi-ange. "Oui, je vais m'enerver, je deteste ça...", il reprit son jeu de mains et d'un revers de maître je m'emparais de ses poigner d'une main, lui tendant les bras au dessus de sa tete, et me mis à califourchon sur lui, ma tête au dessus de la sienne.

Ecrit par OpTiMiSTiK, à 01:41 dans la rubrique "My Own Private Life".
Lien permanent 4 commentaires


Dimanche 16 Janvier 2005
FUCKING FEELINGS

Et une claque de plus, que dis-je, un revers cette fois-ci !Y'a pas à dire, je les accumule, contre mon plein grès, mais bon, c'est ainsi...

Fabrice est une connaissance à Anne. Il est le meilleur ami à un ami à elle. Nous nous sommes vus mercredi soir, autour d'un hamburger, d'un coca et d'une portion de frites. D'emblée, je ne pouvais pas dire qu'il était mon style, certes. Nous sommes opposés: il est très grand, je suis grand, il est mince, j'ai quelques kilos en trop, il s'habille normalement, je m'habille tendance-chic, il vénère la transe, moi plutot l'electro jazz, il est timide, je suis un faux-timide, il cotoie les câbles USB, je cotoie les boules à facettes, il cherche un emploi, je suis étudiant,... la liste peut encore être longue, mais une chose essentielle nous anime toutefois: le désir d'avoir une relation stable une fois pour toute.

Partant de ce constat, je pensais que ça pouvait coller, ou du moins qu'on allait pouvoir essayer. Notre petite soirée était sympatique, on a un peu discuté, mais pas comme si nous étions tout deux. Peut-etre n'aurions nous eu rien à se dire, qui sait. Mais ne dit-on pas que les contraires s'attirent ? Ne dit-on pas aussi que "qui se ressemble, s'assemble ?"...et là, je me plante en beauté.

Je me suis imaginé avec lui l'espace de quelques heures si l'on rassemble tous les petits moments où j'y ai pensé, et bon, c'est vrai, sans grande conviction. Je ne me forçais pas à me sentir bien lors de ces pensées, je m'étais dit qu' avec Fabrice il aurait fallu du temps pour construire une forte relation, mais qu'au bout du compte ça irait très bien...Voilà comment j'imaginais cela: un début très "TGV", comprenez rapide, et ensuite on ralentirait la cadence pour mieux se connaitre, et établir des fondations...

Du moins, j'aurai tenté une relation...J'aimerai savoir ce que vous en pensez vous ?

 

Etes-vous plutot du genre à essayer quand même quelque chose, histoire de voir si ça peut fonctionner, ou plutot renoncer dès le depart ?

 

Moi je réponds première solution...qui tente rien n'a rien. Lui a choisi la 2eme solution. Tiens, cela me rappelle étrangement mon paragraphe du début où je vous confiais nos différences...logique.

J'en finis là pour ce soir, mon état etant plutot bancal. Comme m'a dit Anne via sms il y a tout juste 20min, "tu est triste parce que l'Amour te boude encore une fois."

Mais dites-moi qu'il y a quelqu'un qui m'attend quelque part sur cette fichue planete !

 

OpTiMiSTiK, trying to hang on, hang on.

Ecrit par OpTiMiSTiK, à 23:07 dans la rubrique "My Own Private Life".
Lien permanent 11 commentaires


Lundi 10 Janvier 2005
- Spleen des Sens -

Je le regarde, je le dévore
Il ne dit rien, ses lèvres mord
Je fais un pas, feutrées les voix
Il tremble un peu, première fois.

Lire la suite de l'article...
Ecrit par OpTiMiSTiK, à 00:12 dans la rubrique "My Own Private Life".
Lien permanent 12 commentaires


Lundi 27 Décembre 2004
On a night like this...

Comme souvent, j'écris quand ça ne va pas...de toute façon mes écrits sont d'un chiant lorsque tout va bien...je m'autopathétise que voulez-vous...

Lire la suite de l'article...
Ecrit par OpTiMiSTiK, à 02:14 dans la rubrique "Humeurs diverses".
Lien permanent 0 commentaires


Vendredi 03 Décembre 2004
Tendresse quand tu nous tiens...
Ecrit par OpTiMiSTiK, à 23:43 dans la rubrique "Humeurs diverses".
Lien permanent 2 commentaires


Lundi 22 Novembre 2004
Kylie... peut-etre pour très bientot !

Ce soir, une courte histoire...Ou plutot un court post...à cours de posts peut-etre aussi.

Bref, après avoir Madonna, que rever de mieux ?Ou du moins de tout égal...

 

KYLIE EST EN CONCERT LE 26 MARS AU ZENITH A PARIS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

Priez pour que je puisse encore avoir une place demain !!!

Voilà, bah euh c'est tout...la suite au prochain numéro !

 

Un FaFa qui se fait un sang d'encre.
(bah ouais, Kylie, quand même...)

 

 

Ecrit par OpTiMiSTiK, à 22:02 dans la rubrique "Culture et publicité".
Lien permanent 2 commentaires


Mardi 16 Novembre 2004
Entre les feuilles...

 

 

Entre mes révisions ce soir
J'ai l'âme qui s'enfuit
Comme fendu est mon miroir
Et déjà c'est toi que j' envie.

J'ai butté sur tes écrits
Ce poême, cette lettre me font revivre
Ta main qu'à frôlé la lie
L'encre noire déposée m'ennivre.

La distance me pèse ô combien
T'avoir caressé tes cheveux de ma main
Murmure-moi tous ces lendemains
Ceux que j'aurais voulu faire miens.

Dans ton pays loin là-bas
Tu revêts ton costume d'apparat
Plus beau que son légionnaire
Mon Amour, tu vains de tout tonnerre

Entre deux feuilles de cours
Mon âme t'a rejointe en contre-bas
Je marche a compte-rebours
Le temps m'est long sans émois...
                                                                                                        ...et toi.

Ecrit par OpTiMiSTiK, à 00:05 dans la rubrique "My Own Private Life".
Lien permanent 2 commentaires


Dimanche 07 Novembre 2004
Un bon blogueur sachant blogger doit...
--> conseils et ritournelles

C'est en achetant la dernière parution de Têtu vendredi soir que j'ai remarqué le gout prononçé des médias pour le nouveau phénomène à la mode: les blogs.

Lire la suite de l'article...
Ecrit par OpTiMiSTiK, à 22:01 dans la rubrique "Culture et publicité".
Lien permanent 1 commentaires


Samedi 30 Octobre 2004
Une histoire de fringues...

Ce matin à1h, j'allais me coucher dans mon lit. Cependant, moi qui dors en boxer et t-shirt n'en avais pas hier soir. Il m'en fallait un nouveau, donc direction mon armoire magique...j'ouvre la porte miroitée aux merveilles, j'avance ma main dans la pénombre pour prendre le 1er t-shirt de la pile. Je passe ma main sur ce qui semblait etre une matière accrocheuse, avec des incrustations de lettres en relief... Comme aucune lumière n'était allumée, j'en allume une, je sors le t-shirt et là...au bord de la crise cardiaque...

Lire la suite de l'article...
Ecrit par OpTiMiSTiK, à 14:45 dans la rubrique "Humeurs diverses".
Lien permanent 4 commentaires


Accéder aux archives...


Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom